COMMENT AVOIR DU SUCCÈS EN TANT QUE CONSULTANT EN FREELANCE

COMMENT AVOIR DU SUCCÈS EN TANT QUE CONSULTANT EN FREELANCE

Movemeon: jobs, insight, events and career tips for (ex-)consultants, accountants and freelancers. Click here to create a free account and access all our opportunities.

Summary

Les essentiels : trouver le bon statut,  définir son taux journalier, s’assurer d’être assuré. Les choses pratiques : rester en bons termes avec son employeur, budgéter pour les mois creux, réfléchir bien à sa pipeline de projets, ne pas se décourager, penser au type de consultant en freelance que l’on veut être.

Travailler en mode freelance est devenu une carrière de plus en plus populaire, que ce soit sur du long terme ou simplement pour faire le pont entre deux différents postes. Les deux fondateurs de movemeon sont eux-mêmes passés par là. Voilà ce à quoi il vous faut penser si vous envisagez, vous aussi, de devenir freelancer.

Vous recherchez un poste en freelance ?
Cliquez ici pour voir l’ensemble de nos offres en ligne

Lorsque vous décidez de sauter le pas et de passer au travail en freelance, il est important de vous assurez que vous êtes sur le bon chemin et que vous avez pensé à tous les détails pratiques de la vie de consultant indépendant. La partie lancement est, en soit, rapide et relativement simple, cela ne vous prendra pas plus de deux ou trois jours.

Les essentiels

  1. Pour travailler en tant que consultant en freelance, il faut vous établir en tant qu’entreprise individuelle, société anonyme ou rejoindre une organisation parapluie. Au Royaume-Uni, la société anonyme est sans doute l’option qui présente le plus d’avantages, notamment en terme d’impôts et taxes. Une petite recherche sur Google vous permettra de trouver plein d’organismes pour vous aider dans cette étape. Il est tout aussi simple de trouver comment vous y prendre seul.
  2. Définissez la fourchette dans laquelle vous souhaitez placer votre taux journalier. Il est important de ne pas être trop rigide. Pour un projet plus long, par exemple, vous pouvez être à même de vouloir accepter une rémunération inférieure. Il toujours intéressant de bien analyser les nouveaux projets qui s’offrent à vous, de recouper vos compétences avec ce que le client cherche afin d’être à même de justifier pourquoi vous demandez tel ou tel taux. Apportez-vous quelque chose en plus ? Compétences spécifiques, domaine particulier de connaissance, flexibilité dans l’organisation de votre travail… toutes ces choses peuvent vous permettre de demander une rémunération plus élevée. Vous devez faire en sorte d’être payé à votre juste valeure ! Une des règles connues pour calculer votre taux horaire est de partir de votre dernier salaire annuel et de le diviser par 100. Pourquoi 100 ? Parce que cela prend en compte le fait qu’en tant que freelancer, vous ne recevez aucun avantage (pension de retraite, bonus, congés payés etc.) et que vous ne serez pas à même de travailler durant les 240 jours de l’année qui correspondent à un temps plein. Et n’oubliez pas, le taux horaire se définit dans le cadre d’un projet sur une durée précise déterminée entre le client et vous. Vous devez travailler conformément à ce qui est convenu, et pas des heures et des heures en extra durant la nuit (un peu de flexibilité reste quand même recommandé).
  3. Assurez-vous toujours que vous possédez l’assurance adaptée avant de commencer un nouveau projet et parlez-en ouvertement avec votre client afin d’être sûr que vous êtes dans la bonne situation.
  4. Êtes-vous à jour avec vos précédents employeurs au regard de possibles clauses de non concurrence dans vos contrats ? Y a-t-il des restrictions que vous devez considérer ?

Les choses pratiques

Il est important de garder en tête qu’avec cette nouvelle liberte qui s’offre à vous vient également la responsabilité de faire plus de choses par vous-même. Loin est l’époque où billets d’avions et réservations de chambres d’hôtel apparaissaient comme par magie dans votre boîte de réception. Voilà les quelques choses à garder en tête au moment où vous vous lancez.

  1. Essayez autant que possible de rester en bons termes avec votre employeur. Le travail indépendant est un cadre de vie idéal lorsque ça fonctionne. Mais si pour une quelconque raison cela ne prend pas, il est toujours agréable d’être invité à reprendre son ancien poste. 
  2. Assurez-vous d’avoir budgété pour les mois creux, quand vous ne travaillerez sur aucun projet et aurez besoin de fonds supplémentaires. Les vacances par exemple. Cela est lié de près au calcul de votre taux journalier.
  3. Réfléchissez bien à votre pipeline de projets et à comment vous envisagez de trouver des nouveaux projets. Vous pouvez, bien sûr, jetez un oeil aux offres en freelance sur movemeon. Surtout n’oubliez pas de mettre votre réseau à contribution. 
  4. Ne soyez pas découragé s’il s’avère un peu difficile au départ de trouver votre premier projet. Au fur et à mesure que vous bâtirez votre expérience et votre réseau de clients, il deviendra plus simple de trouver de nouveaux projets. Éventuellement, vous vous retrouverez dans la situation idéale ou des anciens clients reviennent vers vous régulièrement.
  5. Pensez au type de consultant en freelance que vous voulez être : généraliste ou plutôt expert dans une certaine industrie ou une certaine fonction. Il est important de vous poser cette question le plus tôt possible étant donné que les clients ont tendance à favoriser des candidats ayant un background solide et cohérent dans une industrie ou une fonction spécifique.
Featured movemeon opportunity:

Like our advice? Hear even more at one of our events:

Follow us on Linkedin